« La terre pour les indigènes n’a aucune valeur commerciale, comme dans le sens privé de la possession civile. C’est une relation d’identité, qui inclut la spiritualité et l’existence, et il est possible d’affirmer qu’il n’y a pas de communauté indigène sans terre » 

Barbara Crane Navarro

Des milliers de peuples indigènes marchent à Brasilia pour défendre leurs droits

Le ministre de la Cour suprême du Brésil, Edson Fachin, a voté pour rejeter le «cadre temporel» et en faveur des droits des peuples autochtones.

Fachin a déclaré : «Il n’y a pas de plus grande sécurité juridique que le respect de la Constitution», réfutant l’argument ruraliste selon lequel les démarcations sans «cadre temporel» génèrent une insécurité juridique.

Dans son vote, Fachin défend que les droits constitutionnels indigènes ne peuvent être remis en cause, «puisque ces droits sont liés à la condition même d’existence de ces communautés et à leur mode de vie. »

Il rejette les interprétations qui tentent d’assimiler la propriété indigène et la propriété civile, comme le fait le «cadre temporel». «Les terres indigènes», dit-il, «sont plus larges qu’un «ensemble de huttes»; ils comprennent tout le territoire nécessaire à l’existence des peuples. »

Il a…

View original post 821 more words